Pierre Petitclerc, Pionnier en Nouvelle-France

La façade de l’hôtel de ville de Pleumartin dispose d’une plaque commémorative dédiée à un certain Pierre Petitclerc…

Plaque posée en 1993 ou 1994 ?

Elle commémore le départ de Pierre Petitclerc pour la Nouvelle France.

Selon les recherches de Mme Roselyne GERME LEBLANC, Pierre PETITCLERC est le fils de Jean PETITCLERC et de Marie POIZAY.

Il naît à Saint-Sennery le 8 février 1638 et il est baptisé le même jour.

acte de naissance signé Ducluzeau

Source: https://gw.geneanet.org/mainepoitou?n=petitclerc&oc=&p=pierre

Pour la famille Leclerc, la première mention en Nouvelle France de Pierre Petitclerc est au moment où il loue une terre le 16 mars 1672 à la Côte-Saint-Ignace de Sillery, propriété de Jean Talon (intendant).

Acte de mariage du 11 septembre 1673  N-D. de Québec, in migrations.fr/

Le 11 septembre 1673, à l’église de Notre-Dame de Québec, Pierre Petitclerc âgé de 35 ans épouse Françoise Paris originaire de Sens en Champagne, âgée d’environ 27 ans.

Françoise Paris est une ‘’Fille du Roi’’ nommée aussi ‘’Fille à Marier’’. Il faut se souvenir qu’à partir de 1663, l’autorité royale française s’engage dans le peuplement de la colonie en organisant le recrutement des jeunes femmes de qualité, non pas des femmes à cuisses légères comme certains l’ont déclaré. Jean Talon désirait des femmes fortes, intelligentes et belles. Elles provenaient en majeure partie d’orphelinats et de milieux pauvres.

Le prix de la traversée de l’océan, des vêtements, des articles ménagers et une dot de 50 livres étaient assumés par le Roi.

En arrivant en Nouvelle-France, elles avaient 30 jours pour se choisir un parti parmi les colons.

Françoise choisit Pierre, pour le meilleur ou le pire.

Source: http://famillesleclerc.net/Petitclerc.html

extrait du dictionnaire généalogique des familles canadiennes  Tanguay, Cyprien (1819-1902).
extrait du dictionnaire généalogique des familles canadiennes Tanguay, Cyprien (1819-1902).

Plusieurs généalogistes font état que Pierre PETITCLERC était soldat de la Cie du sieur de Bouraillon.

Leurs descendants se dispersèrent dans les villages environnant Québec,surtout à l’Ancienne Lorette et à Saint-Augustin, où ils s’adonnèrent à l’agriculture. La cinquième génération donne naissance à l’auteur comique Pierre Petitclair (1813-1860) selon Jean-Claude Noël.

Pierre Petitclair est le premier qui, né au Canada, a écrit pour le théâtre. C’est pourquoi il a le privilège de voir son nom figurer dans la plupart des manuels d’histoire littéraires

Sa première oeuvre, intitulée Griphon, ou La vengeance d'un valet, fortement inspirée de la commedia dell'arte, est publiée à Québec en 183
Griphon, ou La vengeance d’un valet

Les actes Du 22e Congrès International Des Sciences Généalogique Et Héraldique À Ottawa 18-23 Août 1996 et son étude consacrée au BAS-BOURGUIGNONS ÉTABLIS AU CANADA AVANT 1730
ET LEURS RACINES FAMILIALES EN FRANCE
apportent des précisions sur son épouse Françoise Paris.

Paris, Françoise : Née vers 1646, elle était originaire de la paroisse Saint-Pierre, à Sens. Ses parents étaient Edme Paris et Cyrette Baron.
Le 11 septembre 1673, à Québec, elle se maria en premières noces avec Pierre Petitclerc. Puis,le 12 février 1714, à Sainte Foy près de ladite ville de Québec, elle convola en secondes noces avec Pierre Elie. Elle avait 70 ans environ lors du recensement canadien de 1716. Elle mourut 12 ans plus tard et son corps fut enseveli le 16 mars 1728, à Sorel. De son premier mariage, elle avait eu 11 enfants. Je n’ai rien trouvé sur elle, ni sur
ses parents, dans les registres paroissiaux des églises Saint-Pierre-le-Donjon et Saint Pièrre-le Rond, à Sens. On peul voir cependant dans un registre de la seconde église, deux actes de baptême se rapportant à des enfants d’un certain Edme Paris et de sa femme Cyreae Carduelle, alias Cainluille. Le premier nowrisson, une fille prénommée Étiennette Françoise, fut baptisé le 25 juin l 653. Dans l’hypothèse où Cyrette Baron et Cyrette Carduelle
seraient une seule et même personne, portant le nom de son père dans un cas et celui de sa mère dans l’autre, il y aurait de fortes chances pour que
Françoise Paris. mariée à Québec en 1673, corresponde en fait à la petite Étiennette Françoise, baptisée à Sens en 1653.

Sources http://decouverte.inventaire.poitou-charentes.fr/decouverte/sur-les-traces-de-la-nouvelle-france/decouvrir/departements/86/pleumartin/f86_71_plaque_commemorative_du_depart_de_pierre_petitclerc.pdf

Dictionnaire généalogique des familles canadiennes Tanguay, Cyprien (1819-1902).